La Voie Démocratique Europe 

COMMUNIQUE 1er Mai 2019

Pour Un parti des travailleurs et la consolidation du front des luttes démocratiques et sociales

En cette journée internationale, la Voie Démocratique Europe tient à saluer les de luttes des classes ouvrières dans le monde et les résistances de notre peuple au RIF, JERADA, ZAGORA…et particulièrement des luttes des femmes.
Une année 2018-2019 gravée dans notre histoire de luttes communes pour le droit, la dignité et contre le mépris du Makhzen.
La classe ouvrière, les opprimés par leurs sexes, leurs genres, leurs cultures, leurs ethnies ainsi que l’ensemble des victimes de la domination du capitalisme et de l’impérialisme ont croisé le fer en cette année de luttes pour la préservation de droits vitaux sacrifiés sur le pont de profits gigantesques et scandaleux imbibés de fraudes et de tricheries au plus haut des oligarchies industrielles et financières mondiales.
Au Maroc, les appétits féroces du consortium royal «  AL Mada » ont fait démultiplier les profits avec le monopole dans d’importants domaines de l’économie marocaine, et une concentration économique et industrielles, engrangeant plus de 27% de marges de bénéfices en 2018 pulvérisant ses résultats de 2017. D’autres exemples de prédateurs restent insensibles à la dégradation des conditions sociales de celles et ceux qui n’ont que leurs corps et force de travail comme monnaie d’échange. Et, selon un organe officiel, le Haut-commissariat au Plan, le Maroc a enregistré à la fin de 2017 un taux de chômage de 10,2% contre 9,9% une année auparavant. Celui-ci touche principalement les jeunes âgés de 15 à 24 ans (26,5%), avec un taux qui culmine à 42,8% en milieu urbain.)
Face à cela la précarisation a battu des records inégalés dans les services public d’éducation (les salaires sont tombes aux niveau de 2011 avec un plan de contractualisation affaiblissant encore plus les missions éducatives), de santé devenant pour les populations pauvres  un gros risque quant à leur protection (manque de personnel soignant, conditions salariales incohérentes et en net recul par rapport au coût de la vie, démission des médecins, de pharmaciens, dégradation des conditions d’accueil et de prise en charge, augmentation des frais et des reste à charge de la protection sociale et sanitaire..).
Quant aux conditions de travail, La situation de la santé et de la sécurité au travail y demeure on ne peut plus inquiétante.les risques mortels guettent les travailleurs avec à peu près 3.000 travailleurs qui décèdent chaque année au Maroc suite à un accident de travail. Le risque d’accidents de travail est le plus élevé dans la région Mena, selon les données du Bureau international du travail. Chaque année, une moyenne de 43.153 accidents de travail est déclarée (entre 2005 et 2014) d’après l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS).
La France de son côté va mal. La grande casse du travail est en marche. La pauvreté est passée de 7% à 10% durant les 10 dernières années quand le PIB a engrangé plus de 200 milliards supplémentaires.
Les contre-réformes du Code du travail prétextant la souplesse aux entreprises, s’attaquent aux droits des salarié.e.s , la démocratie sociale dans l’entreprise avec la mise en place des CSE « comités sociaux économiques à la place des DP, CHSCT, CE… dans un but unique d’accroitre les profits du patronat et de museler l’expression salariale du patronat, avec la remise en cause de tous les éléments de solidarité qui régissent notre société actuellement.
C’est ce que dénoncent aussi les Gilets jaunes entre autres aux cotés de toutes les forces vives du pays.
Coté migratoire, les réglementations en vigueur se durcissent pour nier les droits les plus élémentaires aux populations immigrées, les fragilisant de plus en plus.
Des jeunes travailleuses agricoles détachées migrantes avec la complicité des autorités marocaines, venant de Beni Mellal, de Bouarfa et du nord, vivant « l’esclavage » dont elles sont  victimes par leurs employeurs  espagnoles et français, sous-payés, exploités, licenciés sans motifs valables ne sont pas des moindres dans la surexploitation capitaliste.
Au niveau international, l’avènement des pouvoir de Trump, et de l’extrême droite dans de nombreux pays (Brésil, l’Etat d’apartheid d’Israël, la Hongrie, la Pologne…) sont le symbole de nombreux reculs dans le monde du travail/
La Voie Démocratique Europe, liant son identité de combat contre les injustices que subissent les travailleuses et les travailleurs dans tous leurs lieux de confrontations déclare son soutien indéfectible :
– À la classe ouvrière palestinienne spoliée de sa terre et de ses droits par un régime sioniste aux airs nazifiés aux dires mêmes de personnalités juives reconnues et que nulle émancipation ne saurait être atteinte sans que l’ensemble du peuple palestinien n’accède à la totalité de ses droits sur sa terre, la Palestine et sa capitale Al Qods ;
– Aux travailleu.r.se.s en lutte dans les mines et dans les forêts sud-américaines, dans les tréfonds de l’exploitation des Antilles, Guadeloupe et Martinique, au Venezuela contre l’interventionnisme états-unien aidé par les putschistes et partout ailleurs
– Auxtravailleu.r.se.s en luttes pour une survie dans les chantiers de métaux rares au Maroc comme en Asie et en Afrique, dans les usines de composants électroniques et de voitures, souvent des enfants et des femmes, en esclaves du 21eme siècle, ainsi que dans les fabriques de textiles fournissant les produits pour le commerce de luxe de riches industriels, souvent des femmes sous payées ;
– Aux différentes luttes de classes, écologiques et intersectionnelles consubstantielles de rapports sociaux des opprimés face aux oppresseurs.
Enfin, la Voie Démocratique Europe engage tou.te.s ses militant.e.s dans les combats aux côtés de notre peuple et des peuples du monde pour faire de ce 1er Mai 2919 une fête de la force qui monte progressivement pour repousser les attaques du capital sur tous les fronts et appellent tou.te.s les fidéles aux causes de la classe ouvrière à s’engager dans le processus de  construction du parti de la classe ouvrière et de l’ensemble des pauvres et des précaires
Vive le 1er Mai, notre fil conducteur de luttes
Vives l’unité des luttes ouvrières pour une émancipation inconditionnelle
La Voie Démocratique Europe
1er Mai 2019